Visualiser le maillage interne de votre site internet est indispensable pour optimiser son référencement naturel. En effet, lier les pages de votre site entre elles permet à la fois de faciliter la navigation des internautes, mais surtout de répartir judicieusement la popularité de vos pages les mieux classées par Google.

Si vous êtes déterminé à optimiser le maillage interne de votre site, il faut commencer par le modéliser, sous forme de carte ou de tableau. J’ai moi-même cherché sur le web une solution gratuite et facile : vous ne trouverez que l’un ou l’autre.

Dans cet article je vous dévoile les grands principes d’un maillage interne efficace. Et quelle que soit la taille de votre site, je vous propose deux méthodes pour représenter de manière claire et visuelle l’ensemble des liens internes à votre site web.

Définition du maillage interne

On appelle maillage interne l’organisation des liens qui lient les pages d’un même domaine entre elles.

Dans cet article nous allons nous concentrer sur les liens insérés au sein du contenu des pages de votre site, sans tenir compte du menu et du pied de page. Il peut s’agir de liens derrière un texte, une image ou un bouton cliquable.

À quoi sert le maillage interne ?

Une bonne stratégie de maillage interne présente trois avantages :

  • faciliter la navigation sur votre site
  • transmettre judicieusement le référencement naturel de vos meilleures pages
  • améliorer la compréhension de vos contenus par les robots

Navigation améliorée

En invitant l’internaute à découvrir un autre contenu pertinent de votre site, il y passe plus de temps, donc la durée de session augmente. Et puisqu’il lira plus d’une page, le taux de rebond* diminue.

Ces critères sont pris en compte par Google pour évaluer la pertinence de vos contenus, et donc leur classement dans les SERPs (Search Engine Result Pages, c’est-à-dire les pages de résultats Google).
Vous devez donc faire naviguer vos visiteurs de page en page de manière pertinente, en leur proposant des contenus dans le même thème, qui viendront étoffer le sujet. Bien sûr la structure première de votre site (menu, hiérarchisation des pages, mise en page) a une grande importance, mais encore une fois nous nous concentrons ici sur les liens insérés au coeur du contenu de vos pages et articles de blog.

*  Le taux de rebond est le pourcentage de visiteurs qui ne consultent qu’une seule page de votre site. Cette valeur est fournie par Google Analytics. Si ce taux est élevé, cela signifie que la plupart des utilisateurs quittent votre site sans découvrir une 2ème page. Il faut donc chercher à le diminuer, tout en gardant à l’esprit que cela sera efficace en proposant des contenus qui viendront enrichir la recherche initiale du lecteur.

Ruissellement de la popularité des pages

Deuxième avantage, le pagerank d’une page est distribué vers toutes les pages qui sont pointées par des liens en son sein. Le pagerank est en quelque sorte la note donnée par Google, sa valeur en terme de référencement. Par exemple si une page contient trois liens internes, le “jus de lien” est transmis vers chacune des trois pages de manière équitable, 1/3 pour chacune. 
Vous en déduirez donc qu’il ne faut pas abuser des liens internes pour construire un maillage interne efficace en terme de référencement.

Compréhension des robots

Les liens internes aident aussi Google à comprendre le sens de vos contenus. Si dans un article sur le yoga vous dirigez le lecteur vers un article sur la tartiflette, cela n’aidera pas, voire vous pénalisera en terme de SEO. De plus, il y a peu de chance que l’internaute soit intéressé par ce contenu et donc ne cliquera pas sur le lien.

En revanche, si dans votre article sur le yoga vous insérez un lien vers un article sur la méditation ou le test d’un tapis de sol, vous étayez le sujet et renforcez la compréhension des robots. En prime, le visiteur restera plus longtemps comme évoqué plus haut.

Conseils pour faire un bon maillage interne

Pertinence des liens

La première règle est bien sûr la cohérence des liens insérés dans vos contenus. Non seulement ils aident Google à comprendre votre sujet, mais ils permettent aussi d’étoffer le sujet recherché par l’internaute. Il n’y a aucune chance qu’il clique sur un lien sans aucun rapport, et cela desservira le référencement des deux pages concernées.

Choix des ancres

L’ancre des liens a une grande importance dans la démarche sémantique évoquée dans le paragraphe précédent. L’ancre est le texte cliquable qui renvoie vers la page. Evitez les textes du type “cliquez ici”, “sur ce lien”, “en savoir plus”, qui n’apportent rien en terme de SEO. Utilisez des mots-clés liés au contenu vers lequel il renvoie, et variez-les à chaque fois. N’hésitez pas à utiliser des mots-clés de longue traine, contenant plus de trois mots.

Lier des pages de même profondeur

Il est recommandé de lier entre elles des pages de même profondeur* ou vers des pages plus profondes. Si vous avez un blog par exemple, liez les articles en eux, mais ne pointez pas vers une page catégorie du blog ou la page d’accueil. Cela n’a aucun intérêt, puisqu’elles possèdent déjà un poids plus important. Cependant, cela peut parfois être utile de pointer vers une page de service, si elle est en rapport avec le contenu, et si l’article est nettement mieux classé dans les résultats Google.

* La profondeur d’une page web correspond au nombre de clics nécessaires pour l’atteindre depuis la page d’accueil. La page d’accueil est de profondeur 1, les pages qui se trouvent dans le menu sont de niveau 2. Il est recommandé de ne pas dépasser le niveau 3 ou 4 (sauf si vous avez un site e-commerce dont la pagination des catégories de produits peut générer une profondeur très importante).

La profondeur d’une page est un indicateur important pour Google. Plus la profondeur est élevée, plus Google la considère comme de faible importance, et vous aurez du mal à bien la référencer.

À l’inverse, évitez de donner trop de poids à des pages sans intérêt pour votre référencement. Cette maladresse est souvent commise : dans le menu des sites internet on retrouve parfois les mentions légales ou les RGPD. Préférez le pied de page, dont Google comprend les liens comme de niveau plus faible (avec la balise “rel=nofollow”). Idéalement, introduisez ces pages par un lien unique: si votre thème WordPress le permet, utilisez un pied de page différent sur la page d’accueil. Sinon vous pouvez les ajouter sur la page “à propos”, même si c’est moins conventionnel.

Comment connaitre la profondeur de vos pages?

L’outil en ligne Oncrawl propose une version d’essai gratuite pendant 14 jours, le temps pour vous de faire un point sur votre site. Parmi les graphiques de la page de synthèse, vous retrouverez la répartition des pages par profondeur. À vous de chercher pourquoi certaines pages sont trop profondes le cas échéant.

Limiter le nombre de liens internes par page

En conséquence de la distribution du pagerank par les liens internes, mieux vaut éviter d’insérer un trop grand nombre de liens, sinon le “jus de lien” est perdu et chaque page liée récupère des miettes.

Alors à combien de liens faut-il se limiter ? Il n’existe pas de réponse parfaite. Cela dépend du nombre de mots de la page, du nombre de pages de votre site, de son classement dans les SERPs. A titre d’exemple, pour un article de blog de 1000 mots, je recommande 2 ou 3 liens internes maximum. Bien sûr si le sujet l’impose, vous pouvez privilégier la pertinence de lecture et en ajouter autant que vous voulez.

Insérer des liens uniques

Il est inutile d’insérer plusieurs fois le même lien dans une page, c’est même contre-productif. Google ne considèrera que le premier lien, qu’il soit présent 2 fois ou 50 fois dans la page. Et pire, le “jus de lien” sera définitivement perdu pour les liens redondants.

À moins que cela ne soit vraiment nécessaire, comme renvoyer deux fois vers votre page contact sur une longue page de description de service, évitez cette maladresse. Et si vous devez le faire, gardez à l’esprit que c’est l’ancre de la première occurence qui sera prise en compte.

Équilibre liens sortants/liens entrants

Idéalement, équilibrez la répartition des liens internes. Faites en sorte qu’une page reçoive autant de liens entrants qu’elle ne distribue de liens sortants (on parle toujours de liens internes à votre site internet uniquement). Par exemple, si une page comporte deux liens internes, il faudrait qu’elle reçoive un lien depuis deux autres pages de votre site.

Pourquoi visualiser le maillage interne d'un site web ?

Une fois les règles de maillage interne énoncées, il faut pouvoir les mettre en pratique. Si votre site possède plus de 5 pages, il vous sera très difficile de concevoir le maillage de tête. Il est indispensable de le représenter, sous forme de tableau ou de carte heuristique (mindmap en anglais).

En modélisant le maillage interne de manière visuelle, vous allez identifier en un coup d’oeil la répartition des liens internes au sein de votre site internet. Vous allez pouvoir :

  • repérer les pages isolées, qui ne reçoivent aucun lien
  • identifier les pages qui distribuent trop de liens
  • repérer les pages qui mériteraient d’être liées entre elles
  • supprimer les liens qui ne sont pas pertinents pour Google ou vos visiteurs

Comment visualiser le maillage interne d'un site web ?

Méthode n°1 : la carte heuristique ou mindmap

Si votre site web possède moins d’une vingtaine de pages, et qu’il n’a pas vocation à grossir, je vous recommande la carte heuristique pour modéliser le maillage interne. C’est sans aucun doute la manière la plus claire de visualisation du maillage interne.

Personnellement j’utilise l’outil en ligne Ayoa, qui s’avère amplement suffisant en version gratuite. Contrairement à la plupart de ses concurrents, il est possible d’ajouter des liens croisées entre les blocs.

À titre d’exemple, j’ai dessiné la carte du maillage interne d’un site web type : des pages contact et à propos, quelques pages de service, et des articles de blog. Il vous suffit d’adapter cette carte à votre site internet.

représenter maillage interne

En revanche si vous avez un blog contenant beaucoup d’articles, ou qui est voué à grandir, la tâche s’avèrera fastidieuse, et la carte ne sera pas très claire, brouillée par des lignes trop nombreuses à se croiser.
> préférez la méthode n°2

Méthode n°2 : un tableau Excel

Si votre site comporte plus d’une vingtaine de pages, comme un blog ou une boutique en ligne par exemple, je vous recommande de dresser un tableau symétrique, comportant la liste de vos pages en lignes et en colonnes. Vous pouvez les regrouper par type (pages de services, catégories, articles de blog…).
Il suffit ensuite de repérer par une croix les liens, lorsque une page (en ligne) pointe vers une autre (en colonne).

Vous pouvez utiliser Microsoft Excel ou un équivalent gratuit (Numbers sur Mac, Google Sheets, ou Calc d’Open Office).

visualiser maillage interne

Comment lister les liens internes ?

Si votre site comporte très peu de pages (moins d’une dizaine), il vous suffit de parcourir chaque page, et de noter tous les liens contenus dans chacune d’elles. Si votre site vient de naître, je vous invite à garder cette habitude, faites un suivi au fur et à mesure. Sinon, vous n’aurez d’autre choix que d’avoir recours à un outil tierce. Personnellement j’utilise le logiciel de crawl Screaming Frog, dont les résultats sont très complets et exportables au format Excel. Cependant la version gratuite est limitée aux sites comportant peu de pages.

Une fois la liste des liens internes obtenue, il vous faudra faire le tri (supprimer les liens du menu, du pied de page, du fil d’ariane cliquable etc…). Il faut bien avouer que cet tache s’avère assez fastidieuse si vous n’êtes pas à l’aise avec l’outil Excel.

Besoin d’un coup de main ?

Si manier les tableurs Excel vous est déplaisant ou si vous manquez de temps, n’hésitez pas à me consulter. J’établirai pour vous le bilan de votre maillage interne sous forme de tableau. Je vous délivrerai également mon analyse et mes recommandations pour optimiser votre maillage interne.

> découvrir tous mes services en SEO

Analyser le maillage interne

Une fois la carte dessinée ou le tableau rempli, déduisez-en des corrections et améliorations :

  • repérez les pages isolées, ne recevant aucun lien interne. Pire, si elles ne sont pas non plus accessibles par le menu, remédiez-y rapidement.
  • identifiez les pages comportant un trop grand nombre de liens. Réduisez au minimum, sauf si tous les liens sont indispensables à la compréhension du sujet.
  • à l’inverse, repérez les pages ne transmettant pas de “jus de lien”. Liez-les à un ou plusieurs autres contenus pertinents de votre site.
  • chaque page devant idéalement transmettre autant qu’elle ne reçoit, comptez les croix pour chaque intersection ligne/colonne le long de la diagonale (en pointillé sur mon tableau d’exemple).
  • identifiez les pages recevant de nombreux liens : est-ce judicieux dans ce cas précis ? Cela peut s’avérer efficace pour booster volontairement le référencement d’une page importante. Sinon, il vaut mieux répartir équitablement le maillage interne.

À vous de jouer ! Avec la visualisation du maillage interne, vous avez une nouvelle carte en main pour optimiser le SEO de votre site web.